exhibition-on-lineExhibition on line, 2014

 NOTICE :

Du bienfait de l’exhibition sur l’harmonie du couple: mesdames, installez-vous devant la caméra; messieurs, un pas en arrière, hors champ… Branchez, jouissez!

Impression à la demande : 3 €

ACHETER-ed

eBook  0,99€

ACHETER-numilog

ACHETER-amazon

EXTRAIT

Les jours passaient, les scénarios défilaient, je pouvais anticiper la scène suivante, et celle qui surviendrait ensuite, tant lordre semblait sêtre fixé dans une immuable gradation. Je remontais le mécanisme et le jeu se répétait comme la musique dun orgue de barbarie. Tout dabord, chignon, tailleur.

Cécile est une petite bourgeoise qui sencanaille. Léger rouge aux lèvres, bas entraperçus quand elle croise les jambes. Elle vit son rôle jusquau bout des ongles, sourit timidement en inclinant la tête, se laisse un peu prier avant de dégrafer un bouton, décline un prénom de fantaisie. Si ses petits mensonges peuvent faire plaisir, quimporte la vérité ? Décroise, recroise, webcam maintenue dune main pour suivre le mouvement de ses jambes chaussées mignardement. Des escarpins à hauts talons, bien entendu… Après avoir fixé à nouveau la webcam sur son socle, elle se penche pour faire admirer en plongée son décolleté.

Elle effilait le temps brin à brin. Son corsage souvrait bouton après bouton sur sa peau frissonnante. La jupe droite tombait, chiffon de tissu quelle repoussait d’un geste du pied. Les sous-vêtements étaient choisis avec soin, ensemble coordonné noir de bonne tenue. Les bretelles tombaient une à une avant que le soutien-gorge ne soit dégrafé, que ses mains palpitantes némoustillent les mamelons, ne les érigent en tétine tous voudraient porter les lèvres. Moi le premier. Car si les lents préparatifs avaient laspect un peu artificiel des actes mécaniques et me laissaient ironique face aux invectives des mâles, ces gestes sensuels vécus en pleine lumière, en pleine face, à une main dy palper, me faisaient perdre retenue et sérénité. Jétais un parmi tous : même réaction charnelle, impulsive, violente. Lorage grondait ; je mappuyais contre le dossier et mes mains étreignaient le fauteuil.

AVIS

Sur le blog Esprits libres : « Vous rendez bien compte de la vulnérabilité de cet homme, profondément amoureux de sa femme. Et alors que l’on pense que cette histoire va droit vers la rupture, le sexe vient ré-enchanter tout cela. » Chronique à lire ICI.