Osez-20histoires-voyeurs

Homme à exhiber,

in Osez 20 histoires de voyeurs et d’exhibitionnistes, 2013

8,20€

NOTICE :

Vous aimez mater votre voisin ou votre voisine d’en face? A moins que vous ne préfériez vous exhiber devant vos fenêtres? Dans un cas comme dans l’autre ce livre est fait pour vous! Plus inspirées que jamais, les plumes de la collection « Osez 20 histoires » ont en effet exploré toutes les situations possibles: femme qui drague des amants de passage dans le seul plaisir de s’exhiber avec eux devant son voisin, couple qui découvre un système de vidéosurveillance dans une maison de location et décide de s’amuser un peu, femme esseulée amoureuse de sa voisine qu’elle photographie en compagnie de ses amants, couple qui découvre les joies de l’exhibitionnisme à l’occasion d’un flagrant délit de fellation sur un parking d’autoroute… De pages en pages, les auteurs de ces vingt nouvelles érotiques exhiberont leurs fantasmes les plus inavouables pour votre plus grand plaisir voyeur.

ACHETER-ed

ACHETER-amazon

EXTRAIT

Il y avait entre nous une gêne que rien ne parvenait à dissiper. Je l’interrogeais sur ses fantasmes ; il répondait gentiment que seul l’amour qu’il me portait et que je lui portais en retour comptait. Que la sexualité était le prolongement de cet amour. Mon visage lors de l’orgasme, mes yeux en déroute, le cri que je ne pouvais réprimer satisfaisaient pleinement ses désirs.
Il éludait. C’est ainsi que je le comprenais. Comment était-il possible qu’un homme normalement constitué ne répondît que des niaiseries à une question qui aurait dû dériver vers des scénarios de trio avec deux lesbiennes – blondes aux gros seins de surcroît – ou de baise intensive sur le capot d’un cabriolet devant une caméra de surveillance ? Que fallait-il comprendre ?
Cette réserve me perturbait, d’autant plus qu’elle se manifestait dans nos actes sexuels : une gâterie ? Il refusait d’éjaculer dans ma bouche. Le sexe hors de chez nous ? Uniquement dans une chambre d’hôtel. Le jour où je le priai de me montrer comment il se masturbait, il fut effaré par cette demande.
Mais pourquoi ? me répétait-il. Pourquoi me masturber ? L’acte d’amour est un acte de partage et non un acte solitaire. Je l’aimais, ce nigaud, mais le sexe devenait aussi excitant qu’une partie de Monopoly. Pouvais-je laisser s’écouler le temps, laisser mon corps se faner en taisant mes pulsions ?