osez-20-histoires-faits-divers-sexuelsL’homme sur le lit, in Osez 20 histoires de faits divers sexuels

8,20€

NOTICE

Frissonnez de peur… et de plaisir ! Les pages « faits-divers » des journaux révèlent parfois des surprises bien épicées. C’est ce que vont vous montrer les plumes de la collection Osez 20 histoires, reconverties le temps de ce recueil en détectives très privés sur les affaires les plus chaudes. Séquestration, chantage, vengeance, crime passionnel : leurs enquêtes hautes en couleur vont vous dévoiler les dossiers sexuels les plus inattendus, troublants et excitants… et vous prouver que littérature érotique et polar sont les meilleurs amants du monde !

EXTRAIT de L’homme sur le lit

« L’homme gisait sur le lit. Ce qui frappait au premier abord, mis à part la nudité du corps, c’était le désordre des draps, la table de nuit renversée avec sa lampe de chevet dont l’abat-jour de verre était brisé en gros éclats. Le stagiaire se blessa en les examinant, ce qui fit sortir de ses gonds le lieutenant Frot, de méchante humeur depuis son lever. Un macchabée à l’heure du p’tit déj, cela a de quoi couper l’appétit jusqu’au dîner ! Surtout quand il est aussi peu ragoûtant que celui-là.
L’homme, la cinquantaine, était ventru, petit et large. Sa peau ne devait guère voir le soleil, on ne distinguait aucune trace de bronzage alors que le printemps radieux avait offert des journées agréables, et même chaudes pour la saison. Flasque était l’adjectif qui le qualifiait le mieux. C’était un être insignifiant et laid. La rigidité cadavérique avait frappé son appendice génital qui, ni tout à fait bandé, ni tout à fait mou, se dressait à demi, comme pour pointer du doigt le coupable, dans un ultime effort avant de perdre la vie. Mais qui, bordel ? L’assassin courrait et si Frot ne voulait pas que sa prochaine affectation ne se fasse dans une banlieue pourrie, il avait intérêt à élucider cet homicide.
Le lieutenant Frot marmonnait entre ses dents tandis que les policiers s’affairaient autour de lui. Le cadavre fut photographié, ainsi que le lit et les objets alentour. Après avoir maugréé tout son saoul, l’officier de police commença l’examen du corps. Un visage banal, des cheveux coupés ras, l’homme utilisait une crème quelconque pour hydrater sa peau.
— Philibert, va jeter un œil à la salle de bain et liste-moi ce que tu trouves.
Philibert, de la pièce voisine, clamait le nom de savons, d’eaux de toilette et de lotions diverses. Que des produits pour le sexe fort, en grand nombre.
Donc nous avons un homme sans compagnie féminine qui aime prendre soin de son apparence… même si le corps nous indique une vie sédentaire et probablement une alimentation peu saine. Mais ce genre de contradiction est monnaie courante.
Frot examina ensuite les mains. Aux poignets, des traces rouges prouvaient que l’homme avait été entravé. Frot souleva le bras. Cela ressemblait à des marques laissées par des menottes. »

ACHETER-ed

ACHETER-amazon