Vacances-auberge-roseVacances à l’Auberge rose, 2014

NOTICE :

L’été, la plage, et l’Auberge rose pour les plaisirs partagés…

Cette petite auberge landaise a un sens de l’accueil très développé. Henri, son propriétaire, fait tout pour que ses hôtes se sentent comme chez eux… même dans la chambre de leurs voisins. C’est ça, l’Auberge rose: convivialité, sexe et plage!

Impression à la demande : 3 €

ACHETER-ed

eBook 0,99€

ACHETER-amazon

ACHETER-numilog

EXTRAIT

Julie se confiait peu habituellement. Mais après avoir fait quelques pas en compagnie de Sylvie, un élan de sympathie dont elle pressentait la réciprocité lui permit d’évoquer ses craintes. Elle le fit en termes voilés, parce que parler crûment de sexualité lui était impossible, mais Sylvie la laissa s’exprimer comme elle l’entendait et, lorsque la jeune femme posa quelques questions, ce fut avec le plus grand tact. Julie se sentait en confiance.
– La vie de couple, ce n’est pas simple pour moi non plus, enchaîna Sylvie. Notre situation est quasiment inverse de la vôtre. Pierre ne sort pas de son sacro-saint missionnaire alors que plusieurs fantasmes me hantent.
Julie
rosit à ces propos, mais se garda de l’interrompre. Sylvie poursuivit :
– Je rêve d’être surprise par un inconnu pendant que nous faisons l’amour. Il nous regarderait en silence tout en se branlant. Ce n’est qu’un exemple. Il y en a de moins fous, il y en a de plus trash
Sylvie
se tourna vers sa nouvelle amie et s’aperçut de son trouble.
– Oh, je ne voulais surtout pas te gêner avec mes histoires ! s’exclama-t-elle.

Malgré sa gêne, Julie s’était sentie remuée à l’évocation du voyeur qui se masturbait. Un picotement avait parcouru son bas-ventre. Se pouvait-il qu’elle aussi fût attirée par ce type de scénario scabreux ?

AVIS

La bauge littéraire de Thomas Galley : « ChocolatCannelle sait plonger ses personnages et, à travers eux, ses lecteurs, dans une ambiance des plus délicieuses, et c’est avec grand plaisir que le lecteur se laisse pénétrer par le désir qui règne dans l’univers libertin où l’on retrouve les sujets chers à l’auteure : l’exhibitionnisme et le voyeurisme, le tout pimenté par une bonne dose d’homosexualité au féminin. Paradoxalement, c’est la force même de la plume de ChocolatCannelle qui peut fait naître une certaine frustration chez ses lecteurs placés en spectateurs au bord d’un monde à peine esquissé, d’un univers dont on aimerait explorer à fond la sensualité grouillante que l’auteure y laisse entrevoir sans permettre au lecteur de se laisser emmener plus loin par une intrigue qui l’aurait davantage rapproché de personnages aussi séduisants. » Chronique à lire intégralement ICI.